Partie 1 - Le XVIIIe siècle : Expansions, Lumières et Révolutions
CHAPITRE 1 - "BOURGEOISIES MARCHANDES, NEGOCES INTERNATIONAUX ET TRAITES NEGRIERES AU XVIIIe SIECLE"

Comment le grand commerce et les traites négrières permettent-ils l’enrichissement de l’Europe ?


I.   L’essor du grand commerce au XVIIIe siècle.

A.    L’enrichissement de la façade atlantique : l’exemple de Bordeaux.

Bordeaux se situe au sud-ouest de la France. La présence de la Garonne et de l’Océan Atlantique lui permet de développer ses échanges maritimes avec les colonies françaises et l'Europe.
Ainsi, le commerce des produits coloniaux profite aux négociants et armateurs bordelais qui s’enrichissent : c’est la bourgeoisie marchande.
Celle-ci contribue à transformer la ville par la construction de nouveaux bâtiments, comme les hôtels particuliers.

Négociant : marchand qui fait du commerce de gros.

Armateur : personne qui finance l’équipement des navires de commerce.

Bourgeoisie marchande : groupe de personnes qui n’appartient pas à la noblesse mais qui s’est enrichi grâce à ses activités commerciales.

Hôtel particulier : maison luxueuse bâtie pour une famille dans une ville.

B. Les grands courants d'échanges économiques.

Les principaux Etats européens (Royaume-Uni, France, Portugal et Provinces-Unies) fondent des colonies et des comptoirs à travers le monde pour renforcer leur influence et développer leur économie : ce sont les empires coloniaux. Mais, cette situation provoque de nombreuses rivalités pour la domination et l’exploitation de ces territoires.
Au XVIIIe siècle, le commerce triangulaire domine l’océan Atlantique, mais il existe aussi des courants d’échanges vers l’Asie. Ce sont des compagnies de commerce qui assurent le transport des marchandises : les compagnies des indes occidentales pour le commerce avec l’Amérique, puis les compagnies des indes orientales pour le commerce avec l’Asie.
L’enrichissement des européens repose sur l’importation de produits bruts issus de leurs colonies (canne à sucre, café, cacao, coton, soie, thé, etc.), qui sont transformés par leurs industries pour être vendus sur le continent ou dans les colonies.
Commerce triangulaire : commerce réalisé entre l’Europe, l’Afrique et l’Amérique.
Compagnies de commerce : associations de marchands qui obtiennent de leur Etat le monopole du commerce d’un produit.
Produits bruts : produits n’ayant subi aucune transformation (matière première).

II. Le développement de la traite négrière et de l'esclavage.
A. L'organisation de la traite atlantique. 
  • Traite atlantique
Au XVIIIe siècle, la traite Atlantique débute en Afrique où des chasseurs d’esclaves réalisent des razzias dans les villages afin d’y capturer la population. Après des jours de marche en caravanes, les esclaves sont échangés à des négriers contre différentes marchandises européennes (sabres, fusils, poudre à canon, tissus, etc.).
Ces marchands entassent les esclaves dans les cales des négriers pour leur faire traverser l’Atlantique, mais les conditions inhumaines du transport font que beaucoup meurent avant d’arriver en Amérique. Les survivants sont regroupés en lots et vendus sur des marchés d’esclaves où ils deviennent la propriété d’un maître pour travailler dans les plantations ou pour lui servir de domestique.

Razzia : attaque rapide contre un territoire pour le piller ou capturer ses habitants.
Caravane : convoi d’esclaves mené vers un marché africain.
Négrier : marchand d’esclave ou navire transportant les esclaves d’Afrique vers l’Amérique. 
B. La vie des esclaves dans les plantations. 
Au XVIIIe siècle, les principales plantations françaises se localisent dans les Antilles et à la Réunion. Les plantations s’organisent autour des cultures de canne à sucre, de café, de cacao ou de coton. Elles sont bordées par les bâtiments d’exploitation ainsi que les cases des esclaves. Située à l’écart, la maison du maître domine l’ensemble de la plantation.
Les conditions de vie et de travail des esclaves sont très difficiles : pas de meuble, manque d’hygiène, nourriture insuffisante, travail long et pénible… Ils sont la propriété du maître et doivent s’y soumettre.
Afin de permettre aux plantations de fonctionner pleinement, Louis XIV fait rédiger un Code noir en mars 1685.Il punit tout écart de conduite de la part des esclaves, mais il les protège aussi des éventuels abus de leurs maîtres.
Plantation : exploitation agricole de produits tropicaux dans laquelle les esclaves travaillent pour un propriétaire européen.

Conclusion.
En s’appuyant sur la traite et l’esclavage, le grand commerce permet aux puissances européennes de développer leurs économies et d’enrichir une partie de leur population. Cette bourgeoisie marchande contribue à la transformation des villes  par la construction de nouveaux bâtiments et le développement d’une nouvelle culture. 

Exercices de révisions