PARTIE 2

RECITS FONDATEURS, CROYANCES ET CITOYENNETE DANS LA MEDITERRANEE ANTIQUE AU Ier MILLENAIRE AVANT J.C.

CHAPITRE 1

CHAPITRE 1 - "LE MONDE DES CITES GRECQUES"

Comment les Grecs sont-ils parvenus à s'unifier autour de leur culture et de leur religion ? Comment sont-ils à l'origine de la démocratie ?

I. L'organisation politique de la Grèce antique.

Fiche "Le Monde Grec"

A.    Un monde de cités.

La Grèce est un monde d’îles qui est organisé en Cités-Etats indépendantes. Entre le VIIIe et le VIIe siècle av. J.-C., les guerres et la pauvreté poussent les cités à fonder de nouveaux territoires autour de la Méditerranée. Par exemple, la colonie de Massalia a été fondée en Gaule vers 600 av. J.-C., par la métropole de Phocée. Avec ces colonies, les Grecs répandent leur culture et développent leur commerce.
Les cités et leurs colonies s’organisent de la même manière : la ville est surmontée d’une acropole, elle dispose d’une agora pour rassembler l’ensemble des citoyens, et elle possède un rempart pour se protéger en cas de guerre. Chacune possède son propre régime politique (tyrannie, oligarchie ou démocratie).

Cité-Etat : petit Etat indépendant formé d’une ville dominant la campagne qui l’entoure.
Colonie : cité fondée en dehors de la Grèce par une cité.
Métropole : cité dont sont originaires les membres d’une colonie.
Acropole : colline fortifiée abritant les temples des dieux protecteurs de la cité.
Agora : Place publique de la cité. C’est le centre religieux, politique et civique de la cité.

B. Des cités rivales.

Les cités grecques se sont unies pour combattre l’invasion de l’empire perse: ce sont les guerres médiques (490 et 480). La victoire grecque permet à Athènes de dominer les autres cités, mais ses abus poussent les cités à se révolter contre elle : c’est la guerre du Péloponnèse (431 à 404 av. J-C.) qui oppose les cités de la Ligue de Délos dirigée par Athènes, à la Ligue du Péloponnèse dirigée par Sparte.
Ligue : alliance militaire. 

II. Le partage d'une culture commune : mythes, héros et dieux.

A. La mythologie grecque.

Fiche "La mythologie grecque"

Les Grecs parlent la même langue et utilisent la même écriture ce qui leur permet de partager la même culture. Tous les jeunes grecs connaissent les mythes de l’Iliade et de l’Odyssée attribués à Homère au VIIIe siècle avant J.-C. Ils apprennent la lecture et l’écriture en découvrant les héros grecs et les valeurs qu’ils diffusent comme celle du soldat-citoyen, l’hoplite.
Mythe : récit des aventures d’un dieu ou d’un héros grec.
Mythologie : c’est l’ensemble des mythes.
Héros : personnage fictif ou réel reconnu par tous pour avoir réalisé des exploits.
Hoplite : soldat lourdement armé et combattant à pied.

B. La vie religieuse.

Fiche "La Religion grecque"

Les Grecs croient aux dieux de l'Olympe : ils sont polythéistes.
Leur culte se composait de prières et d'offrandes (nourriture, statues...). Les Grecs organisaient de grandes processions au cours desquelles ils pratiquaient des sacrifices d'animaux sur des autels afin de partager leur repas avec leur dieu.
Chaque cité possédait une acropole abritant le temple dédié à son dieu protecteur. Des sanctuaires panhelléniques permettaient à tous les Grecs d’honorer régulièrement leur Dieu par de grands concours sportifs comme à Olympie pour Zeus, à Delphes pour Apollon ou encore à Corinthe pour Poséidon.

Polythéiste : personne croyant en plusieurs dieux.
Culte : cérémonies destinés à honorer les dieux afin d’obtenir leur protection.
Offrande : cadeau offert à un dieu.
Procession : défilé réalisé en l’honneur d’un dieu.Autel : table sur laquelle sont réalisés les sacrifices et déposées les offrandes
Autel : table sur laquelle sont réalisés les sacrifices et déposées les offrandes.
Sanctuaire panhellénique : temple que toutes les cités partagent et entretiennent pour honorer un dieu. 


III. Athènes, berceau de la démocratie.

A. La Citoyenneté athénienne.

Fiche sur "La citoyenneté athénienne"

Depuis la réforme de 451 av. J.-C, pour être citoyen athénien, il faut :

  • Être né de père et de mère athéniens.
  • Avoir effectué son service militaire de 18 à 20 ans, l'Ephébie.

Les citoyens athéniens ont des droits (participer au gouvernement de la cité, rendre la justice, posséder les sols et les maisons de la cité), mais aussi des devoirs (effectuer l'éphébie, financer et participer aux fêtes religieuses comme celle des Panathénées).
A Athènes, les citoyens sont minoritaires : ils sont 40 000 environ au Ve s. Av. J.-C. La majorité de la population est non-citoyenne : elle se compose de métèques, d’esclaves, d’affranchis, de femmes et d’enfants qui n’ont que très peu de droits.

Métèques : étrangers résidant à Athènes.
Affranchi : esclave ayant obtenu sa liberté. 

B. La démocratie athénienne. 

Fiche sur "La Démocratie athénienne"

Athènes est une démocratie de 508 à 322 avant J.-C. Seuls les citoyens peuvent participer au gouvernement de la cité grâce à l'Ecclésia. Cette assemblée tire au sort les magistrats pour un an et vote les grandes lois qui font vivre la cité. Seuls les plus importants magistrats sont élus pour un an : ce sont les stratèges comme Périclès, qui l’a été plus de 15 fois au Ve siècle av. J.-C.
Pour favoriser la participation des citoyens à la vie politique, l'Ecclésia adopte en 450 av. J.-C., une indemnisation financière, le misthos. Par ailleurs, pour éviter que les citoyens les plus puissants s'emparent du pouvoir et installent un régime tyrannique, l'Ecclésia peut voter leur exclusion de la cité : c'est la procédure d'ostracisme.

Démocratie : du grec « dèmos » (peuple) et « Kratos » (pouvoir), désigne le pouvoir au peuple.
Ecclésia : assemblée des 40 000 citoyens athéniens.
Stratège : plus haut magistrat athénien qui commande l’armée et dirige le gouvernement. Ils sont au nombre de 10.
Misthos : compensation financière attribuée par Athènes à ses citoyens pour occuper une magistrature.
Ostracisme : procédure permettant d'exclure un citoyen de la cité pour une durée de 10 ans.

Conclusion.

Bien que rivales, les cités grecques ont pu s’unir en partageant des croyances, des cultes et un mode de vie en commun. Ce sont ces cités, et plus particulièrement celle d’Athènes, qui élabore en premier un régime démocratique dans lequel chaque citoyen peut participer à la gouvernance de sa cité. 

Exercices de révisions sur le chapitre 1